« Fais de beaux rêves »

7 décembre 2015 by Julian in Rencontres 1 comment
« Fais de beaux rêves »

Juste avant d’aller chercher Roxane à la gare, je passe voir à la boutique le fruit de leur créativité. Tout un cérémonial est organisé juste pour moi afin de faire durer le suspens. Et ils m’expliquent petit à petit leur processus créatif : et bien c’est passionnant tout ce qu’ils ont réussi à faire ! Je leur dis de garder tout ça bien au chaud, le temps d’aller chercher Roxane et de revenir en début d’après midi.

J’oubliais, ceci est la suite de l’article « Les Bonnes Bases« , à lire pour mieux comprendre !

Le temps d’un repas léger et de filer à la gare, je la retrouve quelques minutes plus tard à la sortie de son train. Nous ne nous étions pas vus depuis un mois. Et que de changements depuis ! Nous filons d’abord au port pour qu’elle puisse enfin découvrir le bateau. Nous installons un peu ses affaires, et sous prétexte d’aller faire des courses, nous nous retrouvons en ville, direction Les Bonnes Bases.

Au tour de Roxane de franchir la porte. Elle est tout de suite séduite par l’univers, des différentes planches présentées, des objets de déco. Bien qu’elle ne comprenne pas ce qu’elle vient faire ici. Steffi se présente, présente la boutique et l’atelier. Elle nous explique ce qui fait la particularité des Bonnes Bases : un retour à l’essentiel, au fait main, sur mesure. Mais aussi redonner un sens et une histoire aux objets, une singularité.

Ils le résume d’ailleurs très bien eux-mêmes :

« L’idée des bonnes bases est née du gap entre désirer et faire, adhérer et oser, subir et exiger :  assumer une différence, afficher sa personnalité ou apprécier la singularité sont autant de passages à l’actes que nos habitudes entravent.

Insensibilisés par l’uniformité d’une quantité de produits à la valeur éphémère, l’inattendu nous dérange, tant il nous devient difficile de regarder ce qui nous entoure avec un regard neuf. Notre avis est préparé, nos choix sont guidés et nos exigences sont aussi relatives que la valeur des choses qui nous inondent.

Dans ce contexte, Les Bonnes Bases encourage l’esprit critique, le goût du détail et l’intérêt pour ce qui a du sens. Nos planches sont signifiantes et personnelles, performantes et singulières… ça change ! »

Roxane trouve tout ceci passionnant, mais son regard me demande ce qu’on fait là et pas chez Carrefour. Steffi lui emboite le pas et revèle petit à petit notre projet « secret ».

Elle lui explique que je suis venu les voir il y a quelques jours, et que nous étions tous très motivés à l’idée de créer une planche de skateboard personnalisée, qui mélangerait leur univers et le notre.

Nous avons appelé notre voyage « Bleu de Perse ». Bleu étant pour Roxane et moi notre couleur favorite, et il se trouve que le ciel et la mer sont bleus… ça tombe bien ! Perse, car mon voyage en Iran il y a quelques années à changé à jamais ma vision du monde. Par les gens, les rencontres, la découverte d’une culture différente, méconnue, qui souffrait de beaucoup d’apriori, mais également une finesse dans l’art, l’artisanat, dans une langue qui parle en images plutôt qu’en mots, et un usage des couleurs toutes plus lumineuses les unes que les autres.

Steffi nous emmène dans l’atelier et nous découvrons le fameux iMac avec tablette graphique bien connus de tous les créatifs ! S’affiche à l’écran notre projet. Elle nous explique leurs choix : notre skateboard aura les repères visuels de leur marque : c’est à dire le shape (la forme de la planche) ainsi que le grip (bandes rugueuses où on met les pieds) avec l’inscription « Les Bonnes Bases ». La forme choisie est celle du Cruiser : petit, rapide, passe partout, idéal pour le voyage. Pour l’autre face, ils se sont inspirés du nom Bleu de Perse et ont choisi d’utiliser le boteh, ce symbole Persan en forme de goutte (appelé aussi paisley ou cachemire). Steffi a passée des heures à les styliser pour y intégrer des motifs de la mer : ancres, poissons, vagues, tentacules et tant d’autres.

DSC_5902

L’effet est superbe ! Roxane est sous le charme ! Il lui reste à choisir les roues, qu’elle prendra bleues, et la forme exacte du cruiser. Ils avaient plusieurs formes à proposer, Roxane choisira la forme arrondie qui fait très années cinquante américaine.

Enfin, toutes leurs planches ont un nom, qui sont en général des phrases entendues durant notre enfance. Et pas n’importe lesquelles, principalement des phrases d’encouragement, qui pousse à se dépasser, à réfléchir, à oser, à franchir. Lors de notre rencontre, j’expliquais que Bleu de Perse était la concrétisation d’un rêve, d’un espoir, et qu’il véhiculait l’idée que tout est possible, que quand on veut on peut, qu’il faut poursuivre ses rêves. Alors tout naturellement, ce skate s’appellera « Fais de beaux rêves ».

Steffi lui annonce qu’il ne lui faudra que quelques heures pour graver la planche, et qu’ils pourront nous l’apporter le soir même sur la bateau. Là, c’est la consécration !

Juste avant le coucher de soleil, les voilà donc qui arrivent à bord avec notre planche encore chaude et tout juste vernie. Aussi neuve que nous et prête à partir pour l’aventure le lendemain même.

Nous aimerions lui faire faire le tour du monde, lui faire vivre les mêmes épreuves que nous. Nous enverrons régulièrement des photos de son utilisation (parfois détournée) au quotidien, ou dans des paysages somptueux. La prêter à des gens que nous rencontrons, la faire essayer à des enfants au bout du monde, ou rider un glacier millénaire de Patagonie…

DSC_5944

Pour suivre Steffi et Steph, découvrir leur travail, mieux comprendre leur démarche, vous perdre dans leurs planches à roulettes :

site web : http://www.lesbonnesbases.ch

réseaux sociaux : facebooktumblrinstagram

1 comments on this post

  1. MILK
    9 décembre 2015

    Une histoire commune sous forme d’ode à une autre façon de faire, de vivre, d’entreprendre. Génial! Je commence la journée avec de belles lectures!

    Quand à la board elle-même. Je dis wouaw! Magnifique! Oldschool mais intemporel à la fois. Un beau produit, un design qui laisse la place au rêve et au voyage.

    Un air un peu Fanky sur son de sitar ou de luthe électrique.

    J’ai dis wouaw? (encore)

    Reply

Laisser un commentaire

instagram

Back to Top